Un tournant salutaire

Les mois de pandémie que nous avons traversés ont inévitablement laissé des traces. Au fil des mois, nous avons pris une conscience plus vive de la nécessité de vivre la solidarité, de passer du « je » au « nous ». Avoir vécu les restrictions sanitaires individuellement et collectivement nous a incités à changer nos habitudes et relire régulièrement les événements. Faire la part des choses, distinguer l’essentiel de l’accessoire et s’ajuster au réel nous ont permis une ouverture inattendue.

S’ajuster

Comme toute institution, La Roselière a été appelée à ajuster le tir constamment. Nous avons dû apporter une modification sur un aspect essentiel à la réalisation de notre mission. En effet, notre principale modalité d’action est d’offrir des « rencontres sur rendez-vous ». Notre mode ordinaire de fonctionner, c’était le « présentiel ». Nous avons donc aménagé notre lieu de présence sur les plateformes numériques, l’écoute téléphonique et la distanciation dans des lieux extérieurs principalement.

Collaborer

Nos ateliers scolaires se sont poursuivis. Il nous a été possible de nous ajuster aux divers modes d’animation avec le soutien des enseignants. Au Cégep, les ateliers furent animés sur la plateforme Zoom tandis que dans les groupes de 5e secondaire, nous avons été en mesure d’offrir notre atelier en présentiel.Les contenus furent réaménagés pour répondre aux attentes des groupes visés et aux exigences du programme. Une personne a travaillé plus spécifiquement aux contenus scolaires ainsi qu’à la préparation et l’animation d’un atelier-conférence qui a été offert à distance aux adultes récemment.

Nous avons aussi collaboré avec des instances gouvernementales et communautaires dans le but de soutenir les démarches de femmes enceintes immigrantes dans le besoin. Des membres se sont impliqués pour garder le contact et rassurer des nouvelles mamans inquiètes pendant la pandémie.  

Accueillir la nouveauté

Après 17 ans de présence dans la région de Québec, les restrictions sanitaires nous ont contre toute attente ouvert des portes. La vitrine des réseaux sociaux et l’utilisation des plateformes numériques nous ont permis d’élargir notre territoire d’intervention et de développer une expertise en recherche de ressources dans divers milieux éloignés. C’est ainsi que nous avons répondu différemment aux demandes d’accompagnement et en nombre équivalent aux autres années.

En route !

La levée graduelle des restrictions sanitaires nous permet d’entrevoir la réalisation de divers projets.

À court terme

  1. Poursuivre la formation des intervenants par des ateliers-conférences en présentiel et en virtuel dès la mi-septembre 2021. Cette formation portera sur l’accompagnement des clientèles féminines et s’adressera aux intervenants et intervenantes en milieu communautaire plus particulièrement. Vous recevrez les informations sous peu.  
  2. Remanier le contenu des ateliers scolaires pour l’ajuster davantage aux nouveaux programmes ainsi qu’au questionnement éthique des jeunes face à la prolifération des informations numériques. En cours de réalisation.
  3. Remettre en marche le procédé d’affichage de poste de directrice générale d’ici décembre 2021 si la situation financière de l’organisme le permet.

À moyen et long terme

  1. Nous souhaitons que la prochaine direction générale puisse mener une réflexion approfondie avec d’autres sur les enjeux éthiques soulevés par la situation de précarité des clientèles féminines vivant une grossesse imprévue ou un mal-être post-IVG.
  2. Nous souhaitons que la direction générale soit en mesure de développer une vision d’avenir pour l’organisme en misant sur la collaboration avec les organismes existants. Au fil des ans, nous avons pu constater que les clientèles vulnérables sont au rendez-vous et que les questionnements existentiels sont de plus en plus présents socialement. Notre mission s’insère à merveille dans la vision humaniste dégagée par les remous de la pandémie. Il faudra envisager d’habiter plus largement le créneau de visibilité qui nous est offert par la vertigineuse prise de conscience des fragilités humaines que nous a léguée la pandémie.

Bienvenue à nos nouvelles recrues

Nous accueillons au sein de notre Conseil d’Administration Madame Marie-Philippe Trudel, intervenante et directrice de la Maison Le Portail, et Madame Denise Morneau, infirmière retraitée et membre fondateur de notre organisme. Bienvenue à vous deux !

Nous remercions Madame Hélène Juneau qui fut vice-présidente du Conseil d’Administration et une aide compétente et précieuse au sein de l’équipe d’intervenantes pendant plusieurs années. Nous remercions également Madame Michelle Bergeron, une pionnière qui a toujours contribué à diverses tâches tant au sein de l’organisme qu’au Conseil d’Administration.

Louise Caron-Giguère, Coordonnatrice
Juin 2021

Laissez un commentaire